Kickstarter. Trendy mécénat.

KickstarterLogo
Bon.   J’y suis rendue, je pars en Italie demain.
Je m’en vais faire mon stage pour le DDN magazine, au Salone Del Mobile, durant la semaine du Design de Milan.  J’ai donc passé un bon moment à regarder les artistes/designers/architectes qui seront présent au salon.   J’ai flashé sur beaucoup de projets, dont celui de Combo Colab, nommé XTOOL.

Bref, j’ai commencé à écrire un article sur le Xtool, que je trouve ultra sympatique et design, puis, de lien en lien, je suis tombée sur une découverte FANTASTIQUE.

FANTASTIQUE.
Supercalifragilisticexpialidocious

Kickstarter, ou, Le genre de site Internet que la famille de Médicis aurait fondé si Internet avait existé à la Renaissance*.

En gros, Kickstarter, c’est l’art de rendre trendy le financement de projets divers.

Après une inscription sur le site, tu peux donner le montant d’argent que tu désires pour aider des centaines de créateurs dans leurs projets, qu’ils te présentent majoritairement, si gentiment dans de petites vidéos d’introduction.    Et si tu as toi-même un projet à faire financer, tu peux aussi proposer ton projet, selon quelques critères.

Kickstarter a vu le jour en 2009, par trois monsieur États-Uniens, du nom de Perry Chen, Yancey Strickler et Charles Adler.    Comme je l’ai brièvement expliqué, c’est un site de financement collaboratif, qu’on appelle crowdfunding, en anglais.  Depuis les tout débuts, Kickstarter a financé plus de 60 000 projets.    Sur le site, on trouve des projets de tout genre, classés en 13 catégories et 36 sous-catégories. Films indépendants, musiciens, projets de créateurs mode, journalisme… Il y a certainement au moins un projet qui va attirer ton attention.

Ce qui a de particulier avec Kickstarter, c’est que la personne qui atteint son objectif de financement reste propriétaire des « droits » de son projet.

Mais comment ça fonctionne ?
Dans un premier temps, un créateur propose son projet, se fixe un objectif de temps et de financement.  Si l’objectif est atteint à la date limite, tous les backers qui ont fourni du financement payeront, et le créateur recevra les fonds.  Toutefois, si le créateur n’atteint pas son objectif, il ne reçoit rien, et les backers gardent leur argent.   Kickstarter se finance quant à lui en prélevant 5 % des fonds collectés.

Par exemple, OfBark, c’est deux designers qui créent des petits portefeuille, des « cover » de Iphone en liège.  Ils désirent une machine à découpe laser pour augmenter leur productivité.   Ils se sont fixé un objectif de 20 000$.  À ce jour, 349 backers ont donné plus de 10 749$  Malheureusement, il ne reste que 47 heures pour atteindre leur objectif.  Ils n’auront probablement donc aucun financement.     Mais bref, c’est la « game » !!!

aab3a026d84351550a160af42b4d7448_large
88404f8ca576012866342aea51d02015_large
1218ea8a89c93844cbaac7b9824736a2_large

Il est intéressant de découvrir des statistiques du genre qu’en 2012, 10% des films présentés au festival Sundance sont financés par Kickstarter.   87 projets financés ont été présentés au festival Burning Man.  Le site a financé le premier musée de la Pizza ( ?!)  En 2012, il y a eu plus de 2 millions de Backers.   Plus de 200 millions a été collecté.

Le site Internet : http://www.kickstarter.com/
Kickstarter sur Facebook : https://www.facebook.com/Kickstarter?fref=ts

Je suis désormais une fière BACKER.  Et vous, allez-vous vous y mettre aussi ?

-Roxanne, T&D.

images (2)

*(4 points pour la référence à l’histoire de l’art svp)

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s