Encore des installations / Laframboise

Chère personne qui apprécie autant l’art que moi.
Aujourd’hui, l’inspiration provient d’une artiste québécoise, nommée Marie-José Laframboise.

Marie-José Laframboise vient tout juste de terminer, mi-février, son exposition au centre d’exposition Circa.  J’ai donc découvert cette artiste avec Les Inflections II.   Le but n’étant probablement pas de transformer l’espace, mais bien l’investir, et le souligner, Laframboise me semble travailler la matière de façon graphique.   Que ce soit le textile, le tube de plastique…  L’importance des couleurs présentes dans son travail est aussi sans aucun doute très grande.  Pour Les Inflection II, la directrice et commissaire de Langage plus Jocelyne Fortin aborde la dernière exposition de l’artiste  de cette façon : « Les installations Les inflexions I et II sont littéralement des dessins qui prennent forme dans l’espace. Le cerceau devient un matériau par sa découpe et ses agencements. Les formes sont souples et aléatoires et se déploient en réseaux linéaires. L’œuvre évoque des systèmes indépendants gravitant les uns à côté des autres. L’allusion aux mathématiques est importante ici et s’établit davantage, comme son titre l’indique, par une référence aux points d’inflexion de la courbe; en géométrie différentielle, ce point permet un changement du type « convexe » au type « concave » ou inversement. On assiste donc dans ces œuvres à une métaphore artistique de multiplications de courbes graphiques s’entremêlant comme si les équations se matérialisaient dans l’espace. »

S’il y a quelque chose qui a capté mon attention, c’est surtout le lien.  Tout se touche, est connecté.  Ses structures évoluent en fonction de l’espace, mais toujours, se touchent. Eve-Lyne Beaudry, commissaire, raconte : « Si ces installations donnent l’impression d’être le fruit d’une planification rigoureuse, il n’en est pourtant pas toujours le cas. Certaines installations, au contraire, sont le produit d’une démarche davantage intuitive. La forme que prendra l’œuvre et la charge de travail à accomplir dépendront du lieu à investir, des matériaux choisis et des impressions de l’artiste au fur et à mesure que le travail progresse. »

Les artistes qui créent un espace immersif viennent me chercher à tout coup.  Je dois ramper pour passer à la salle suivante, ou encore, me comprimer pour passer entre deux modular walls? C’est encore mieux!   Un autre bel exemple, Patrick Bérubé, qui exposait en février, à la Galerie Art Mûr: l’on devait passer par un foyer pour aller dans des petits espaces d’expositions, ou encore, passer par une porte entre-ouverte, fixée.

LAFRAMBOISE_0109

1370016817516_ORIGINAL

166767_584478824912927_1249625541_n 308042_584478991579577_1471929282_nlaframboise_circuit_5500laframboise_cafouillages_et_petits_dsordres02_5500
image-001326 (1)    b-laframboise-2006Marie-JosŽe Laframboise Points dÕinflexion et de rebroussement, 2007 installation : filet, billes en verre, crochets, dessins

Marie-José Laframboise sur Internet : http://mariejolaframboise.com/
Patrick Bérubé sur Internet : http://patrickberube.com/

 

 

 

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s